Actualités

Mai Juin 2012: M»t»o capricieuse á Targ»

En Mai, alors que la pousse se passait normalement au sortir de l'hiver, un léger froid dont se souvient tout le monde y compris les citadins cloîtrés dans leurs bureaux s'est maintenu plusieurs semaines. Le résultat est que la sortie et le développement des bourgeons se sont étalés, comme vous pouvez le voir sur la photo 1 ci-attachée. Cela dit, ce n'est pas la première fois que cela arrive, nous n'y attachons pas trop d'importance car un printemps tardif et un été chaleureux permettent à la vigne de se "refaire". J'avoue que cela permet aussi de faire tranquillement tous les travaux du printemps sans bousculade, comme le travail du sol comme vous le voyez sur la photo 2.

Et...PATATRAS ! Le 30 Mai à 16 h 45 environ, une pluie d'abord calme s'intensifie au point de devenir diluvienne comme le témoigne la photo 3 : près de 30 mm en 20 mn, et chez des voisins 50 mm ! Et du vent violent, qui casse les baguettes montantes (photo 4) accompagné d'une bonne grêle qui fait tout de même 20 % de dégâts (plus de 60 % chez lesdits voisins)

Et depuis, pluies sur pluies se succèdent, avec accalmies juste suffisantes pour faire les traitements. J'embauche du monde car il faut sauver le soldat Grappe de Raisin. C'est là que les Bios sont à très rude épreuve. Je suis heureux de n'être que Bio pour le sol, mais pas forcément pour les traitements car les miens permettent de passer une douzaine voire une quinzaine de jours sans avoir à repasser le tracteur alors que mon voisin immédiat a dû faire 5 traitements en deux semaines.

Extrait du journal local :1er avril – 30 juin : 228 mm de pluie !* Ce printemps 2012 se trouve en 4ème position parmi les plus arrosés depuis l'après guerre », explique Jean-François Rigourd, technicien chez Météo France.
Non seulement il pleut, mais en plus il fait froid ! Les températures des trois derniers mois ont oscillé entre 9,5 et 19°. Le fautif : en grande partie le soleil qui n'a pointé le bout de ses rayons que 151h contre une moyenne de 227h …

  • la moyenne annuelle de pluviométrie à Saumur est de 540 mm contre 900 mm en moyenne nationale, ce qui fait que Saumur-Chinon est le coin le plus chaud et le plus sec de la Loire : c'est pour cela même que nous pouvons faire de grands rouges...