Actualités

Mars 2014 : Le journaliste belge a encore frappé dans son blog, pour la dernière fois

chateau de targe

 Cette cuvée traditionnelle – Targé 2012 - représente la plus grosse production des 24 ha du domaine sur les  terroirs argilo-calcaires de Parnay. N'allez pas croire pour autant que le plaisir ne soit pas au rendez-vous. Bien au contraire, ce 2012 offre le meilleur des caractéristiques liées à un  millésime un rien particulier: tendresse, fruité et fraîcheur, sans oublier les degrés alcool modérés.

Délicieux nez: gelée de groseilles,cerise rouge, sureau, poivre noir et belle fraîcheur minérale. A l'attaque en bouche, une matière limpide, gouleyante  avec ensuite une petite charge de tannins suaves pour structurer un ensemble à la texture délicate et juteuse.

On change de millésime pour la cuvée la plus ambitieuse du Château, la Quintessence 2011.  Voici ce qu'en dit Edouard Pisani-Ferry;

"Ce vin de vieilles vignes sur un terroir argilo-calcaire remarquable a été vendangée entièrement à la main à la date la plus tardive possible, mais tout en fruit et tout en évitant la surmaturité. Les tanins fins et sucrés des barriques neuves en font alors un vin puissant et subtil. Il a été élaboré sur les conseils d'un ami de St Emilion, où vous avez aussi beaucoup de Cabernet Franc."

Pour ma part, je lui ai trouvé un nez de fruits bien mûrs en effet, associant sur un mode de douceur cassis, cerises noires, sureau, épices douces et bois de cèdre. Belle fraîcheur à l'attaque puis le milieu de bouche se révèle savoureux, juteux, fruité avec des tannins policés, un rien crémeux. Les 14°5 d'alcool sont bien balancés par ces tannins et l'acidité, sauf en finale où, à ce stade, la conjonction de cet alcool et le bois raidissent la texture.

 
Alors, question :  laquelle de ces deux cuvées préférer? l'une est elle supérieure à l'autre?
Chacun se fera son avis bien sûr.

Moi, j'aime surtout le caractère 100% ligérien de la première.

Mais j'admire la volonté de tous les vignerons qui veulent repousser leurs limites.
La deuxième cuvée me paraît bien illustrer cette démarche.